Le changement climatique ? La surpopulation ? La famine ? Non ! La menace d’un effondrement de la population devrait nous inquiéter

Quelle invention dans l’histoire de l’humanité a eu le plus grand impact sur notre bien-être ? L’ordinateur ? La charrue ? La presse à imprimer ? Nutella ? Tous ces candidats méritent sans aucun doute une place régulière dans la galerie ancestrale des inventions les plus importantes de l’humanité. Cependant, il s’agit d’un autre candidat qui est mentionné à plusieurs reprises dans des positions importantes par les scientifiques.

Cette histoire commence par un appel enflammé lancé à la British Association for the Advancement of Science à Bristol en 1898. Bien avant le rapport du Club de Rome de 1972 intitulé « Les limites de la croissance », les mises en garde contre les limites de la croissance étaient des outils courants pour démontrer de manière spectaculaire aux contemporains les effets d’une croissance non maîtrisée. Les solutions peuvent être résumées en deux catégories : Soit vous faites quelque chose à ce sujet, soit vous faites quelque chose pour lui.

À Bristol, le physicien et chimiste britannique William Crookes a dressé un tableau sombre en opposant l’augmentation rapide de la population à l’approvisionnement en nourriture. Dans 20 ans, selon M. Crookes, la demande alimentaire dépassera l’offre. Pour M. Crookes, le problème le plus urgent de son époque était donc de trouver un moyen économique de produire artificiellement l’ingrédient le plus important des engrais, l’ammoniac. De tels avertissements n’étaient pas nouveaux. En effet, exactement 100 ans plus tôt, le compatriote de Crooke, l’économiste Thomas Malthus, avait été le premier à mettre en garde contre la surpopulation dans son « Essai sur le principe de population » de 1798. Mais maintenant, cela semblait d’autant plus urgent.

Répondant à l’appel de William Crookes en faveur de nouvelles solutions, Fritz Haber et Carl Bosch nous ont sauvés de la famine en synthétisant l’ammoniac selon le procédé qui porte leur nom. Soixante-quatorze ans plus tard, le Club de Rome a mis en garde contre des problèmes similaires dans son rapport intitulé « Les limites de la croissance ». Alors que Crookes avait été l’affaire d’un seul homme, le Club de Rome a chargé le Massachusetts Institute of Technology (MIT), avec beaucoup d’argent, de procéder à des analyses de données et à des simulations informatiques afin de déterminer des scénarios de menaces pour l’humanité. Ce rapport, très controversé et influent, analysait non seulement l’évolution de la croissance démographique et de la malnutrition déjà évoquée par Crookes, mais aussi l’industrialisation, l’exploitation des matières premières et la pollution de l’environnement. Le résultat central du rapport a été résumé en une phrase :

Si l’augmentation actuelle de la population mondiale, l’industrialisation, la pollution, la production alimentaire et l’exploitation des ressources naturelles se poursuivent sans changement, les limites absolues de la croissance sur terre seront atteintes au cours des cent prochaines années.

Cinq décennies plus tard, les résultats sont surprenants. Le changement climatique, qui n’était pas mentionné dans le rapport – en raison de la pollution et de l’industrialisation – est devenu une véritable menace pour l’humanité. En revanche, la malnutrition et la croissance démographique ont perdu leur potentiel de menace. Alors que près de la moitié des personnes dans le monde vivaient encore dans l’extrême pauvreté au moment de la publication du rapport, ce chiffre n’était que de 9 % en 2017.

L’humanité a ainsi réussi à combattre et à résoudre les menaces de manière collective, grâce à l’ingéniosité inhérente à l’être humain. La faim et la pauvreté ne touchent plus qu’un nombre relativement restreint de personnes, et nous sommes en passe de les aider également. Les problèmes actuels qui mettent en garde contre le changement climatique et les pénuries d’énergie sont les nouveaux scénarios mis en avant. Même si nous vivons à l’époque d’une pandémie, nous sommes nous-mêmes étonnés de la rapidité avec laquelle nous avons pu développer des vaccins. Technologiquement, le COVID a été vaincu, politiquement et socialement pas encore. Mais les solutions techniques au changement climatique et les solutions possibles à notre goulet d’étranglement énergétique sont également disponibles ou en passe de l’être. Nous avons plus ou moins toutes les technologies à portée de main pour résoudre le problème du changement climatique, ce qui manque, c’est la volonté politique et sociale. Notre soif croissante d’énergie est également sur le point d’être résolue. Des formes d’énergie alternatives sont disponibles, la fusion nucléaire semble être sur le point de faire une percée.

Mais qu’en est-il de la croissance démographique ? Pouvons-nous résoudre ce problème ? Et surtout : est-ce vraiment un problème ?

L’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’université de Washington, basé à Seattle, prévoit la fin de la croissance démographique plus tôt que prévu. Au lieu des 10,9 milliards d’habitants prévus par l’ONU en 2100, l’IHME prévoit un pic de 9,7 milliards dès 2064. À partir de là, la population mondiale devrait même diminuer.

Croissance démographique en milliards entre 1950 et 2100 © IHME

Et c’est là que commence le véritable nouveau problème : comment faire face à une population mondiale en diminution ? Comme nous pouvons le constater avec le vieillissement de la population, cela entraîne une stagnation et une activité économique moins dynamique au Japon, par exemple. La compétitivité du pays et donc son niveau de vie diminuent. La Chine est confrontée au même problème grâce à la politique de l’enfant unique, qui a bouleversé la pyramide des âges. Et dans les pays germanophones, les choses ne s’annoncent pas mieux, avec un retard. La chute des taux de natalité constitue un défi non seulement ici, mais aussi dans le monde entier.

Ce n’est pas la surpopulation, mais l’effondrement imminent de la population qui deviendra le problème urgent. Le fondateur d’Alibaba, Jack Ma, fait le lien avec la Chine et affirme que la menace pour l’humanité n’est pas un trop grand nombre de personnes ou une superintelligence, mais que les gens ne veulent tout simplement plus de bébés.

L’humanité a réussi à combattre la faim et les épidémies au cours des dernières décennies. Même si nous n’avons pas encore sorti tout le monde de la pauvreté et que, de temps à autre, une pandémie nous frappe, l’ingéniosité humaine nous a apporté des approches et des technologies qui permettent de lutter efficacement contre la pauvreté et de prévenir et guérir de nombreuses maladies contagieuses. Sur la liste des grands problèmes à résoudre, la pollution et l’extinction des espèces qui y est associée, ainsi que le changement climatique, figurent désormais en tête de liste. Si nous ne trouvons pas une approche et des solutions communes, elles pourraient annuler les succès obtenus jusqu’à présent dans le domaine de la pauvreté et des épidémies.

Cependant, il n’y a aucune raison de croire que ces problèmes ne sont pas du domaine du résoluble. Tout comme pour la faim, la pauvreté et les maladies, l’action concertée des communautés de nations et l’ingéniosité humaine sont utiles. Nous avons adopté des lois et offert des incitations, fait des recherches sur les vaccins, développé de meilleurs engrais, adopté des formes d’énergie plus durables. En d’autres termes : Nous avons considérablement augmenté la capacité de charge écologique de la terre – le nombre de personnes qu’elle peut supporter sans effets problématiques sur l’environnement, par exemple – à plusieurs reprises dans l’histoire de l’humanité. Si l’on tient compte du fait qu’aujourd’hui la majorité de la population mondiale n’est pas répartie uniformément sur le globe, mais concentrée dans les villes, nous sommes raisonnablement loin de la surpopulation de la planète.

Des propositions de solutions sont déjà en cours d’élaboration. Qu’il s’agisse de substituts de viande, d’énergies renouvelables, de bactéries mangeuses de plastique, de matériaux et de processus recyclables, de méthodes de production telles que l’impression 3D qui produisent beaucoup moins de déchets ou de méthodes de construction économes en énergie, pour ne citer que quelques exemples, ce sont autant de signes que nous pouvons également résoudre de tels défis au cours de ce siècle.

Tout le monde ne sera pas d’accord avec cette déclaration optimiste et je peux en comprendre les raisons. Mais comparons la population avec l’époque où William Crookes a lancé son avertissement à Bristol. Il serait étonné aujourd’hui, un peu plus de cent ans plus tard, que la population mondiale de l’époque soit passée de 1,7 milliard d’habitants à près de cinq fois plus, avec une augmentation simultanée de la prospérité et une réduction de la pauvreté de 75 % à 9 % de la population. Il ne reconnaîtrait pas non plus son pays, et ce principalement parce qu’il ne doit plus respirer un air pollué par la suie des cheminées.

Alors, que faisons-nous à partir de l’année 2064 ? Pour l’Allemagne, la question se pose dès 2035 : une étude internationale de juillet 2020 prévoit une diminution de la population allemande de cette année-là, avec une population maximale de 85 millions d’habitants, à 66 millions en 2100. Selon les tendances actuelles, ce rétrécissement se traduit par une diminution de la population rurale, une réduction du nombre de travailleurs et une augmentation des coûts, ainsi que par une augmentation du nombre d’installations destinées à répondre aux besoins d’une population vieillissante. Pour Manuel Slupina, de l’Institut de Berlin pour la population et le développement, les effets sont déjà clairement visibles dans certaines régions.

C’est le cas dans le sud du Brandebourg, dans l’Uckermark, dans le Prignitz, dans certaines parties de la Saxe-Anhalt, dans le nord de la Hesse, dans le sud-ouest du Palatinat et dans le nord de la Bavière. Ce sont des régions qui expérimentent depuis un certain temps ce que signifie la diminution du nombre d’habitants.

Il existe une autre raison pour laquelle nous devrions être plus préoccupés par l’effondrement de la population que par la surpopulation. Ce dernier défi, comme nous l’avons déjà évoqué, nous avons toujours été en mesure de le résoudre et rien n’indique que nous ne serons pas en mesure de le faire à l’avenir. Dans mon livre de 2020 sur l’intelligence artificielle, « When Monkeys Learn from Monkeys », je cite une expérience tirée de la recherche médicale. Bien que le nombre de scientifiques en médecine double tous les 15 à 20 ans, nous ne faisons pas plus de progrès qu’auparavant. Le progrès entre 1950 et 2000 est le même qu’entre 1900 et 1950, et ce pour de multiples raisons.

  1. Le progrès scientifique devient de plus en plus difficile. Au début, on résout des problèmes relativement simples, mais les autres deviennent de plus en plus difficiles et prennent plus de temps.
  2. Plus le nombre de personnes travaillant sur un projet est élevé, plus l’effort de communication est important.
  3. Plus les connaissances sont nombreuses, plus il faut investir d’efforts pour les former et les comprendre, ce qui réduit considérablement le champ des connaissances et des tâches d’un seul chercheur.

Si nous voulons maintenir le rythme du progrès médical, nous n’aurons d’autre choix que d’y consacrer de plus en plus d’intelligence. Traditionnellement, cela se fait en mettant davantage de personnes au travail. Aujourd’hui, il y a plus de chercheurs en sciences et plus de personnes titulaires d’un doctorat (dans quelque domaine que ce soit) qu’il n’y en a eu dans toute l’histoire de l’humanité réunie.

Nous devons donc faire évoluer l’intelligence. Et cela peut se faire de plusieurs façons, et encore une fois en combinaison. Tout d’abord, former plus de personnes et augmenter leur niveau de formation. Créer de l’intelligence artificielle pour développer notre intelligence et notre espace d’intelligence. Et faire passer l’intelligence au niveau supérieur grâce à un réseau de cerveaux, de publications, d’outils d’intelligence tels que les ordinateurs, les formules, les mathématiques, les programmes, les algorithmes et autres connaissances codées.

Cette intelligence n’est pas seulement un cerveau isolé dans un bocal, mais toutes ces choses doivent être considérées dans leur contexte et en interaction avec l’environnement. Ce n’est pas l’individu qui deviendra super-intelligent, mais notre civilisation dans son ensemble qui deviendra plus intelligente. Une personne seule ne peut pas construire un ordinateur ou faire un voyage dans l’espace, mais ensemble, en tant que société, nous le pouvons. Seule une intelligence plus disponible peut nous aider à relever les défis toujours plus grands d’un monde toujours plus complexe.

Une population en diminution et vieillissante accapare des ressources importantes. Se concentrer sur quelques tâches qui doivent ostensiblement être prioritaires ne fonctionne que dans une certaine mesure. Les méthodes et les innovations issues des zones dites marginales ou des « sujets orchidés » moins importants peuvent fournir les approches décisives pour résoudre les problèmes fondamentaux dans les domaines ciblés.

La menace d’un effondrement de la population devrait nous inquiéter.


Certaines parties de cet article sont tirées de mon livre publié en août 2021. Future Angst: Wie wir von den Innovationsvorreitern zu den Innovationsnachzüglern wurden und wie wir die German Angst überwinden.

Laisser un commentaire