Des opposants à la vaccination et des hommes d’honneur

Se souvient-on encore de cette pandémie qui, pendant la majeure partie de l’année 2020, a paralysé la vie et l’économie mondiale pendant plusieurs mois ? C’est ce qui se passe lorsque vous n’avez pas de vaccin contre une maladie infectieuse. Ce que COVID-19 est pour nous, les gens modernes, c’était la grippe espagnole, la rougeole, la variole, la tuberculose ou la rubéole il y a cent ans. Pour nous, ces maladies souvent mortelles et surtout défigurantes ont disparu de l’expérience directe parce que nous avons pu développer des vaccins, des médicaments et des méthodes de traitement pour elles. Aujourd’hui, dans le monde développé, nous ne connaissons généralement personne qui ait été défiguré par de telles maladies. Au début du XXe siècle, on ne pouvait pas ignorer les personnes qui avaient connu de telles maladies.

Cela conduit à une sous-estimation du danger que représentent ces maladies virales, souvent appelées « troubles de la dentition ». Et cela conduit à une surestimation des risques posés par les vaccinations. Vous ne voyez pas directement à quel point les mesures peuvent être efficaces pour empêcher une pandémie et des maladies graves d’éclater au départ. Ils se caractérisent par leur absence. Les cas individuels, qui surviennent parmi des millions de personnes vaccinées en raison des effets secondaires de la vaccination, font alors l’objet d’une attention particulière de la part du public, ce qui provoque une forme très particulière de personnes : les opposants à la vaccination. On ne croit pas que ce soit un phénomène de notre temps.

Le 4 novembre 1907, le Wiener Montags-Post de Vienne publie un grand éditorial en première page, qui prend parti pour le titre menaçant « Un mot sérieux au bon moment » pour les opposants à la vaccination. Après qu’une épidémie de feuilles ait éclaté, les moqueries et la colère des membres du parlement provincial de Basse-Autriche se sont déversées sur les opposants à la vaccination. L’éditorialiste (anonyme) du Montags-Post n’était pas à plaisanter ! Il y écrit donc :

À cette fin, [la médecine orthodoxe] a utilisé la presse, qui – en toute bonne foi dans la prétendue bénédiction de l’implant – lui a également rendu ce service d’amour. Dans le « Wiener Allgemeine Zeitung » du 5 septembre de cette année, le travail culturel d’autosacrifice des opposants à la vaccination, c’est-à-dire aussi celui des nombreux médecins et professeurs qui s’y opposent, est qualifié d' »activité criminelle ».

Au nom des associations anti-vaccination allemandes et au nom de millions de militants anti-vaccination, nous protestons assez vigoureusement contre ces insultes grossières à la médecine orthodoxe et rejetons toutes ces attaques, qui appartiennent au sombre Moyen-Âge, comme étant injustifiées.

Presque offensé, l’éditorialiste apparaît alors qu’il critique sévèrement l’intérêt manquant d’un pamphlet anti-vaccination avec les « amis de la vaccination » médicaux :

Lors de la réunion des spécialistes des sciences naturelles à Francfort, le professeur Hermann a présenté sa nouvelle position d’opposant à la vaccination et a demandé à ses collègues de prendre aux médecins son livre, qu’il mettait gratuitement à leur disposition. Sur les 200 exemplaires disponibles à emporter, un seul avait été demandé ! Cela ne prouve-t-il pas de manière très radicale que les soi-disant experts – à une seule exception près – n’ont aucun intérêt à clarifier la question de la vaccination, mais que par une telle ignorance ils piétinent brutalement le devoir sacré d’un chercheur sérieux.

Les coupables étaient donc non seulement les chercheurs qui n’ont pas rempli leur « devoir sacré », mais aussi d’autres à qui l’on attribue aujourd’hui encore la grande entreprise, comme on peut le voir dans la ligne suivante :

La vaccination de ce qui dans l’autre langue est très descriptif, le métier de la vaccination, n’est rien d’autre qu’un dogme de la hiérarchie médicale.

En quarante ans, rien n’a changé, comme cela devrait encore être le cas cent ans après la publication de cet article. L’industrie pharmaceutique veut nous faire gagner de l’argent et nous impose donc des médicaments et des vaccins. Heureusement, il y a des hommes d’honneur :

Nous nous souvenons des paroles du docteur Hofer, que nous connaissons tous comme un homme d’honneur, par lesquelles il a évité le sort de la vaccination obligatoire de l’Autriche il y a 40 ans, des paroles qu’il a criées haut et fort au monde entier dans les parlements viennois en juin 18668 : « Sans preuves physiologiques, la vaccination reste pour moi un charlatanisme, sans physiologie, il n’y a pas de science, et la vaccination est, je voudrais dire : un crime scientifique.

En Allemagne notamment, les opposants à la vaccination sont nombreux et apparemment bien organisés. Cela a été rapporté dans la Wiener Klinische Wochenschrift le 16 avril 1896 :

Au 7e siècle, l’agitation des opposants à la vaccination était particulièrement vive, mais elle s’est considérablement accrue depuis lors. En 1877, le nombre de pétitions présentées par des militants anti-vaccination n’était que de 21, alors qu’en 1891, il était de 2951 avec 90 661 signatures.

L’hebdomadaire n’oublie pas de signaler le fait suivant :

Il est à noter que les signatures provenaient pour la plupart de cercles de laïcs non éduqués ou semi-éduqués, alors que les médecins n’étaient que très peu représentés.

Agir contre les vaccinations avait même des avantages politiques, comme le rapporte le Grazer Tagespost le 16 mai 1876.

« De l’Association suisse de lutte contre les accidents, je reçois la nouvelle que la Glarner Landgemeinde a supprimé à la quasi-unanimité la vaccination obligatoire et que les autres cantons devraient bientôt suivre le mouvement. En Angleterre aussi, les opposants à la vaccination ont brillamment remporté les dernières élections des Quardiens ; à Reighley, 13 opposants sur 15, à Dewsberg 21 opposants sur 25 ont été élus.

Pendant plusieurs décennies, des congrès anti-vaccination ont été organisés, probablement le dernier du genre à Rome en 1914, où une brochure contenant une liste d’anti-vaccinationnistes sélectionnés dans toute l’Europe a été rédigée. Pas moins de 1171 noms sont répertoriés, l’auteur s’excuse de ne pas pouvoir donner ici la liste complète de plus de 20 000 membres.

Comme vous pouvez le constater, le club meyery des Suisses, des Autrichiens et des Allemands était déjà alors en plein essor et n’est pas une invention de notre temps. Et Fake News non plus. Aucun des trois lieux mentionnés dans cette nouvelle de l’Association suisse de lutte contre la vaccination n’existe en Angleterre.

Quelques semaines seulement après le congrès anti-vaccination de Rome, les armées des pays européens se faisaient déjà face dans les tranchées et les vaccinations étaient censées réduire les droits de douane que cette guerre mondiale de quatre ans allait exiger des pays. Des millions d’autres soldats seraient morts de maladie sur les champs de bataille si les vaccins n’avaient pas été là. La grippe espagnole qui a commencé à se propager à la fin de la guerre a montré l’ampleur des ravages qu’une maladie peut causer si l’on ne dispose pas de vaccins contre elle.

Laisser un commentaire